Vie étudiante

Nos étudiants à l'heure du confinement : témoignages

Difficultés matérielles et logistiques, isolement, comment vivent les étudiants à l'heure de la pandémie ? Trois témoignages nous éclairent sur la journée type d'un étudiant confiné, les difficultés et/ou avantages liés aux cours en ligne et à la recherche de stage à distance, ainsi que la vie au quotidien.

Anath, Master Statistique et science des données

Pour ma part, je prépare mes journées comme si je devais assister à des cours, en remplaçant mon trajet pour me rendre à l’université par 5 à 10 minutes de marche.
Pour notre filière, nous devons suivre le même emploi du temps que celui donné en présentiel. Chaque jour en fonction de l’emploi du temps, les cours en visio-conférence débutent. En dehors du fait que chaque enseignant, utilise Zoom pour communiquer et interagir,  chacun possède sa propre méthode de travail. Certains ont recopié intégralement leur cours sur des polycopiés ou bien des slides qu’ils présentent ensuite en ligne sur le créneau qui leur est dédié. D’autres ont opté pour l’écriture de leur cours en direct à l’aide de tableau interactif retransmis sur Zoom. D’autres, enfin, ont utilisé ces créneaux pour des temps d’échanges sur leur cours communiqués plusieurs jours à l'avance et que nous devions donc lire en amont de ces temps d’échanges.
La plupart des enseignants attendent qu’un minimum d’élèves soient connectés pour débuter leur cours en ligne, puis essayent de faire participer les étudiants. Dans notre classe la majorité des étudiants se connecte, et régulièrement des questions sont posées. Je dirais que globalement une bonne partie des enseignants ont essayé d’être attentifs aux interrogations de chacun. Certains avaient  parfois des problèmes de connexion qui étaient corrigés rapidement.
Enfin pour ce qui est des examens la plupart on été remplacés par des devoirs maison. Il y a cependant eu des examens à préparer parfois sur plusieurs heures ou sur la journée que préparer parfois sur plusieurs heures ou sur la journée que nous devions réaliser et rendre en direct.
Pour ce qui est des cours en ligne, je dirais que le bénéfice pour l’ensemble des étudiants est le gain de temps sur une journée. J'ai apprécié pouvoir parfois me déconnecter du cours faire un TP à mon rythme et pouvoir récupérer le corrigé plusieurs heures plus tard, alors que d’habitude à la fin d’une séance de TP il m’arrive d’être en retard par rapport aux autres. Cela m’a permis par exemple de réduire mon stress face à certaines situations et globalement de travailler un peu plus à mon propre rythme.
Ce qui m’a posé problème dans le système de cours en ligne a réellement été le manque de contact direct avec les enseignants. Par exemple, j’aime faire un schéma au tableau pour illustrer mon problème et en discuter en direct.
Concernant mon insertion professionnelle, j’ai trouvé un stage fin septembre et j’ai eu un entretien en présentiel. Sur ce point, je n’ai donc pas rencontré de difficulté.
La vie d’étudiant n’est pas toujours simple. Entre la gestion de notre budget et la pression des examens, nous avons parfois du mal à tout mener de front, ce qui reste normal. Pour ma part pouvoir en discuter avec d’autres étudiants, c'est ce qui m’a toujours permis de positiver. La grande difficulté a donc été la solitude. J’ai finalement rejoins ma famille début décembre, après un mois et demi de confinement seule. Mais l’angoisse de rentrer et de transmettre le virus avait été présente tout le mois de novembre. Je me sentais coincée et seule. La motivation a été compliquée à trouver.
Au final, dans mon cas, le bilan n’est pas très bon. Nous sommes restés trop longtemps enfermés à suivre des cours à distance. Je n’ai eu qu’un mois de cours en présentiel depuis le mois de mars dernier comme tous les étudiants. J’ai eu le sentiment que nous avions été oubliés. Néanmoins, quelques enseignants ont vraiment eu à coeur de ne pas nous laisser tomber et ont essayé de rendre cette situation moins pénible. D’autre part l’université a compris l’urgence du problème en réouvrant très vite ses bibliothèques sur le deuxième confinement, et cela m’a permis de tenir le coup jusqu’à début décembre.


Anaïs, Master Statistique et science des données

Nerd tu deviendras
En tant qu’étudiante confinée, j’ai plaisir à pouvoir me réveiller un peu plus tard voire parfois juste pour avoir le temps de prendre un café et d’allumer mon pc avant le cours quand les nuits ont été difficiles. J’ai retrouvé la possibilité de pouvoir aller courir pendant la pause du midi, ce qui est vraiment agréable surtout en cette période hivernale de journée raccourcie, pouvoir profiter du soleil et récupérer de l'énergie me fait beaucoup de bien. Mais certains autres jours, je m’assois devant mon ordinateur et la journée s'enchaîne de 8h à 17h30 en mangeant même devant mon ordi. Heureusement, avec la nouvelle technologie on peut échanger avec d’autres étudiants sinon les journées seraient pesantes, je pense. C’est bien un des côtés qu’il me manque de pouvoir discuter avec les autres étudiants ainsi que les enseignants car le rapport que nous avons n’est pas le même à distance. Certains enseignants ne nous ont même jamais rencontré. C’est assez bizarre de les imaginer parler à un ordinateur toute la journée,  ils ont beaucoup de mérite ! A côté des cours, je suis contente lorsque, le soir, je vais chercher mon fils à la crèche, car je peux discuter un peu avec les parents et les professionnels. Globalement, les cours à distance ne m’ont pas ajouté de difficultés. Parfois cela m’a aidé, car j’ai pu enregistrer certains cours et les réécouter à tête reposée et cela m’a permis de mieux comprendre. Une problématique que j’ai rencontré est due aux problèmes de connexion. A côté de chez moi il y a de gros travaux en cours et plusieurs fois je me suis retrouvée sans connexion internet. Dans ces moments-là on se sent seul car nul part où se déplacer pour avoir une connexion, la seule chose à faire est de patienter. Je me souviens aussi d’un cours où ma box internet ne faisait que de se déconnecter. J’étais sans cesse coupée du cours et je n’ai pas vraiment pu le suivre correctement. En plus, l'enseignant m’a demandé ce qu’il se passait en me faisant bien comprendre que ça l’agaçait de devoir me ré-accepter dans le cours à chaque fois. J’ai trouvé cela injuste et m’a mis mal à l’aise. Dans l’ensemble nos enseignants se sont bien adaptés et les cours sont restés de bonne qualité. 

Hicham, Licence MIAGE

Être étudiant à l'heure du confinement
« C’est dur d’avoir 20 ans en 2020 », les paroles du Président de la République Emmanuel Macron ne se sont pas passées inaperçues. Jeune étudiant en 2020, chassé-croisé entre confinement et déconfinement, entre les cours, l’absence de vie sociale et la précarité, c’est un défi pour chaque étudiant de pouvoir le relever.
Se réveillant 15 minutes avant le début des cours, juste le temps de faire ma toilette, l’ordinateur est allumé et la visioconférence lancée. Entre les profs passionnés que j’aime nommer “les artistes” et ceux qui te font perdre tout envie d’apprendre, les cours défilent tout au long de la journée. Essayant de faire au mieux pour ne pas perdre le fil des cours et préparer mes partiels, ce n’est pas toujours évident de trouver le bon rythme. Il est facile de perdre toute motivation et “hiberner” en se disant “Ça ira ? Peut-être oui, sinon je n’ai pas à me casser la tête”. Mais me rappelant les ambitions et les promesses faites aux personnes les plus chères de ma vie, je me relève.
Vivant dans un 12 m², bureau au pied du lit, les seuls moments de la semaine pour se dégourdir les jambes sont par la même occasion ceux pour faire les courses. L’hygiène de vie se fait assommer par effet du confinement, l’activité physique est réduite au minimum non pas par manque de temps, mais plutôt d’envie. Manger un repas cuisiné et équilibré fait l’exception face au grignotage et au régime réduit d’un seul repas par jour souvent industriel et malsain.
Malgré les difficultés, en prenant du recul, cette période permet de bien gagner en autonomie de travail et de se servir - mieux que jamais - du web pour trouver l’information souhaitée. Découvrir la magie des vidéos en ligne communément nommées “tutorials” qui aident à développer une compétence dans un sujet en particulier. La recherche du stage, quant à elle, devient plus compliquée peut-être, à cause de l’incertitude de certains recruteurs sur le futur, mais pour une bonne partie le processus continue d'une manière 100 % digitale.
Finalement, ceci pousse à une réflexion plus profonde sur le système éducatif actuel, que malgré les dires des politiques sur les plateaux de télévision est loin d’avoir su s'adapter. Les seules initiatives individuelles sont étouffées par des décisions centralisées. Il est peut-être temps d’adapter le système éducatif qui peine à trouver l’attractivité des étudiants, ainsi que des personnes que j’appelle “artistes” ci-dessus.
J’apprécie plus les moments entre famille et amis que je considérais futiles et une sorte d’obligeance sociale. Malgré mon jeune âge, j’exprime de la gratitude à chaque moment en gardant mes objectifs en ligne de mire.

Mis à jour le  8 janvier 2021